Misère! Mon chien a peur de tout

Par Lucie Malouin, B.Sc, CTC, PCBC-A, MCP

Publié dans le journal l’Écho du Lac, édition novembre 2020,  volume 14 numéro 11

Vous avez adopté un chiot en 2020 et sont arrivés la pandémie… et le confinement. Vous croyez avoir manqué la période de socialisation et il vous semble que votre chiot, maintenant rendu adolescent, a peur de tout !

Sauriez-vous identifier le langage canin de ce chien?

Vous avez adopté votre chiot autour du 13 mars 2020, date de la déclaration de l’urgence sanitaire au Québec. Dans le jargon des intervenants en éducation canine, vous avez un « chiot COVID » ! Qu’est-ce que cela signifie ? Rien en soi. Sauf si votre chien maintenant adolescent semble stressé dès qu’il sort de la maison, ou pire, dans la maison.

 

Quoi ? La période de socialisation ?

C’est une période critique et sensible durant laquelle le chiot découvre le monde. Elle débute vers 3 semaines après la naissance et se termine entre 3 et 4 mois (pas de consensus scientifique). Le chiot apprend facilement à apprécier ou craindre objets, situations, bruits, animaux, humains, … etc. qui gravitent dans son environnement. Il le fait par association et par le biais de contacts sociaux. Si le chiot n’a pas été exposé de façon positive pour lui, il sera plus susceptible de développer des peurs en vieillissant.

 

Quels signes m’indiquent que mon chien a peur ?

Elle se lèche la truffe, on peut voit le blanc de son œil, elle détourne la tête, sa queue est basse, elle « met les freins » lorsqu’elle visite un nouvel endroit, elle a les sourcils en accents circonflexes … etc. Ces signes sont parfois subtils et trop souvent ignorés.

Ce chien est probablement inconfortable.

La peur est normale et nécessaire à la survie. Si une gazelle s’approche d’un buisson et qu’en réalité il s’agit d’un lion, quel est le prix à payer ? Sa vie ! La règle : dans le doute, s’abstenir. Jusqu’à ce que les expériences positives nous apprennent que c’est sécuritaire.

 

Si la peur ne fonctionne pas, quel choix lui reste-il ?

La lutte et la fuite sont de loin les deux mécanismes de défense les plus utilisés par nos chiens. Si un chien signifie qu’il a peur et que cela ne fonctionne pas, il risque fort bien de passer à une autre étape lorsqu’il aura pris de l’assurance et de la maturité. Les signes de peur vont faire place aux signes d’agressivité et on risque de trouver cela beaucoup moins socialement acceptable.

Prenez le temps d’observer les signes émis par votre chien. Informez-vous sur le langage canin. Soyez patients et compréhensifs. Respectez son rythme. Attendez qu’elle manifeste le désir de s’approcher des objets, des gens, d’entrer dans des lieux. Demandez gentiment aux personnes de cesser de la flatter si elle a l’air de subir un envahissement impoli trop souvent ignoré. Rendez les expériences positives en lui offrant ce qu’elle aime : caresses, récompenses favorites, jouets. Si vous êtes dépassés par la situation, n’hésitez pas à demander l’aide d’un intervenant qualifié. Dans un milieu non-réglementé, assurez-vous que la personne possède des connaissances qui sont à jour et travaille dans le respect, sans peur, sans force et sans coercition, autant avec vous qu’avez votre chien. La prévention est d’or, pour le bien-être de votre compagnon.